Importance des soins sur cheveux afro

Une question souvent posée

L’Afrique c’est deux chiffres : 54 pays où se côtoient plus de 2000 langues.

En allant en son centre vous pourrez sûrement entendre le chantant lingalaou le dansant yoruba, en naviguant des rives du Sénégal à celles du Nil vous tomberez à coup sûr sur les mélodies fortes du peul, vous pouvez continuer jusqu’au Nord pour entendre de l’arabe ou bien en Afrique de l’Ouest pour écouter un peu de wolof ou apprendre l’haoussa. Peut-être préférerez-vous vous promener du côté de l’Afrique du Sud, ce sera sûrement le rythme chaleureux de l’afrikaans que vous entendrez en même temps que  le xhosa, le zoulou et l’anglais. Car par son passé colonial, se côtoie sur ce continent des langues européennes comme le français, l’anglais, et l’espagnol en Guinée équatoriale ou encore le portugais.

Un continent multiple

Contrairement à ce que certains disent on ne parle donc pas Africain en Afrique. Ce continent est une diversité de cultures, de langues, de population, d’histoire. Souvent les habitants d’un pays sont bilingues, trilingues car dans un même pays de nombreuses langues et dialectes se côtoient. Au sein d’une même ville ou d’un même quartier vous pourrez entendre une ribambelle de langues et de dialectes.

Pour pouvoir communiquer avec l’administration vous aurez besoin d’une langue tandis qu’il vous en faudra une autre au niveau commercial et encore une troisième en vous rendant à l’école. Une langue est souvent imposée à l’école, celle de l’ancien colon, bien que cela soit en train de changer comme au Sénégal où le Wolof devient peu à peu la langue officielle du pays. En Afrique, on parle donc lingala, yoruba, arabe, peul,wolof, afrikaans, xhosa, zoulou, anglais, français, portugais, espagnol et beaucoup plus encore … 

Et votre Kitoko Doll ?

Quelles langues parle votre Kitoko Doll? Ce qui est sûr c’est que toutes nos poupées parlent la langue de la tolérance.

 

 

Auteur : Audrey Mafouta-Bantsimba

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *